Aller au contenu principal

L’histoire du dialogue à l’Andra

De l’information à l’implication

Depuis sa création, l’Andra a développé des actions de dialogue afin de répondre aux demandes grandissantes de la société d’être associée aux décisions et afin d’enrichir ses propres réflexions en matière de gestion des déchets radioactifs.

L'Andra, est un établissement public à caractère industriel et commercial, placée sous la tutelle des ministères en charge de l'énergie, de l'environnement et de la recherche. L'agence a pour mission de trouver, de mettre en œuvre et de garantir des solutions de gestion sûres pour l'ensemble des déchets radioactifs français afin de protéger les générations présentes et futures des risques qu'ils représentent. Elle est également chargée de diffuser la culture scientifique et d'informer le public sur ces sujets d'intérêt général. 
Ainsi, dès son origine, l’Andra a inscrit son action dans une démarche de transparence et de dialogue avec l’ensemble des parties prenantes de ses activités et en particulier les riverains de ses installations. Pour cela, elle a mis en place de nombreuses modalités d'information et de mobilisation: rapports, plaquettes, site internet pédagogique, expositions, conférences scientifiques, visites de ces installations…
L’Agence a également été l’acteur majeur de deux débats publics nationaux d’envergure, en 2005 sur la politique française en matière de gestion des déchets, et en 2013 sur le projet Cigéo.  


Progressivement ses actions de dialogue ont évolué vers une implication de plus en plus forte, et de plus en plus large de ses parties prenantes pour plusieurs raisons :  

  • la société change et les citoyens souhaitent être impliqués davantage dans les décisions en interrogeant notamment les démonstrations scientifiques et les choix politiques. Or la gestion des déchets radioactifs est une question d’intérêt général qui concerne chacun et pour lequel tous peuvent contribuer.
  • le cadre juridique s’est renforcé et précisé pour constituer un corpus fondé sur la convention d’Aarhus, la charte de l’environnement, avec dernièrement en 2016 les ordonnances portant réforme des procédures destinées à assurer la participation du public. Ces évolutions législatives, complétées par la charte de la participation du public pilotée par le Ministère de la transition écologique et solidaire et à laquelle l'Andra a adhéré, renforcent la nécessité de concertation depuis la planification des politiques jusqu’à la mise en œuvre des projets.  L’Agence voit ces évolutions comme une véritable opportunité de renforcer sa démarche d'implication du public et fait pleinement siens les principes proclamés dans ces textes, considérant que «la meilleure façon de traiter les questions d’environnement est d’assurer la participation de tous les citoyens concernés. »
  • L’Agence évolue et passe progressivement d’une culture scientifique et technique, à une culture d’ingénieur industriel et d’acteur territorial. Pour l’Andra, il importe d’aller au-delà de la démonstration scientifique; elle souhaite co-construire ses décisions en interrogeant et en associant l’ensemble des publics concernés par ses sujets.

Voir les concertations

Le dialogue à l’Andra aujourd’hui

La gestion des déchets radioactifs est une question d’intérêt national qui concerne tous les citoyens, parce que chacun contribue à son échelle à leur production. C’est pourquoi l’Andra a mis en place une démarche de dialogue pour permettre à tous les publics de comprendre les enjeux de la gestion des déchets radioactifs et d’en débattre,  et donner les moyens à tous ceux qui le souhaitent de contribuer aux activités et  projets de l’Agence. Pour ouvrir largement le sujet des déchets radioactifs au débat, l’Agence a structuré ses actions autour de trois objectifs : informer, dialoguer et impliquer. 

 

Informer pour diffuser les connaissances

La loi du 28 juin 2006 définissant les missions de l’Andra prévoit notamment la « mise à disposition du public des informations relatives à la gestion des déchets radioactifs en France et de participer à la diffusion de la culture scientifique et technologique. »

A qui l’on s’adresse ?

A tous bien sûr ! L’Andra souhaite informer et intéresser tous les publics : les acteurs et les riverains autour de ses centres en premier lieu, les citoyens, mais également les jeunes, étudiants et scolaires, ainsi que les publics internationaux. 

Quelles connaissances ?

Techniques, scientifiques, mais aussi industrielles, territoriales et environnementales…, les activités de l’Andra couvrent une large palette de dimensions qu’il est essentiel de transmettre. Les contenus proposés présentent bien sûr les déchets radioactifs dans son ensemble (cycle de vie, inventaire national, le fonctionnement de ces stockages actuels et en projet), les activités scientifiques liées à ses activités (géologie, physique, biologie, écologie, archéologie…), mais aussi les enjeux éthiques que soulèvent la gestion des déchets.  

Par quels moyens ?

L’Agence a développé une grande diversité de supports et d’outils d’information et de communication afin de porter à la connaissance de tous l’ensemble des sujets relatifs aux déchets radioactifs au travers de rapports, plaquettes, site internet pédagogique, expositions, conférences scientifiques, visites de ces installations…

Déployer le dialogue pour créer le débat au sein de la société

Depuis sa création, l’Andra est en interaction continue avec des parties prenantes qui font partie de sa gouvernance institutionnelle (Etat, Parlement, ASN, Cli, HCTISN…). Bien que ce dialogue soit essentiel à la conduite de ses activités, l’Agence souhaite aller beaucoup plus loin afin de faire en sorte que chacun s’empare du débat pour que celui-ci vive au sein de la société et soit nourri par les citoyens. 

L’Agence a souhaité s’adresser à ceux qui peuvent porter un point de vue différent des approches habituelles du sujet des déchets radioactifs : monde économique et professionnel, monde associatif, cercles de réflexion et d’opinion, lieux de recherche et d’enseignement, monde des sciences humaines et sociales, spiritualités, artistes, etc. 
Des démarches innovantes ont été conduites en ce sens : concours de courts-métrages, média en ligne sur les générations futures (www.lesarpenteurs.fr), œuvre théâtrale, débat en direct sur les réseaux sociaux…, sont autant d’actions qui contribuent à animer le débat sur la gestion des déchets radioactifs dans la société. [renvoi vers page Outils de l’espace dialogue]

Rencontre avec Emilia, géologue à l’Andra, pour la réalisation d’une pièce de théâtre dans la cadre du projet Binôme
Rencontre avec Emilia, géologue à l’Andra, pour la réalisation d’une pièce de théâtre dans la cadre du projet Binôme
En parler autrement
Soirée débat avec les Arpenteurs

Impliquer plus largement : concerter et co-construire nos décisions

Au-delà de l’information et de la diffusion du débat, la démarche de dialogue conduite par l’Andra doit permettre d’améliorer la qualité et la représentativité de ses décisions, en particulier sur le projet Cigéo. 

Atelier de concertation sur l'étude d'impact de Cigéo

Les décisions prises par l’Andra reposent en premier lieu sur des démonstrations scientifiques et techniques qui doivent être évaluées par les autorités compétentes, mais qui doivent aussi être interrogées par la société civile et les citoyens. Et les décisions prises par l’Andra ne doivent plus être fondées exclusivement sur des arguments techniques mais se nourrir des dimensions éthiques, sociales et territoriales. 

Différents sujets, à l’échelle nationale et des territoires où sont implantés les centres de l’Andra, ont été identifiés comme comportant des enjeux forts de concertation et d’implication liés aux attentes du territoire d’une part et aux besoins de l’Andra d’autre part. 

Parmi les sujets d’implication, l’environnement et la santé sont des préoccupations majeures des habitants et l’Agence pour lesquelles il s’agit d’imaginer des dispositifs de suivi et de surveillance associant étroitement et de façon continue les populations locales.  

Concernant le projet Cigéo, des décisions ont été prises suite au débat public de 2013, mais de nombreuses décisions restent encore à prendre, qui peuvent aller de sujets très locaux (dessertes routières et ferrées, gestion de l’eau, alimentation en énergie, architecture des bâtiments…) à des enjeux d’envergure nationale comme la gouvernance à long terme, c’est-à-dire la façon dont la société et le territoire d’accueil du projet seront associés à l’ensemble décisions à prendre sur Cigéo, depuis son autorisation jusqu'à sa fermeture définitive.

Garantir la bonne qualité et la pertinence de la démarche de dialogue

Afin d’assurer la qualité des dispositifs mis en œuvre, la démarche de dialogue de l’Andra est conduite sous le regard d’acteurs extérieurs et qualifiés.

Le comité éthique et société de l’Andra

Le Comité Éthique et Société veille au respect des engagements pris par l’Andra en matière d’ouverture à la société. Il éclaire, évalue et rend compte, d’une part, des actions mises en œuvre en faveur d’un renforcement du dialogue et de l’implication des parties prenantes, de la société civile et des citoyens dans les projets de l’Andra, et d’autre part, de la prise en compte effective par l’Andra des enjeux éthiques, citoyens et sociaux dans la conduite de ses activités. [--> renvoi vers la page Comité éthique et société]

Les garants de la concertation post-débat public pour Cigéo

En novembre 2017, suite à la saisine  de l’Andra, la Commission nationale du débat public a désigné M. Pierre Guinot-Delery et M. Jean-Michel Stievenard comme garants chargés de veiller à la bonne information et à la participation du public jusqu'aux prochaines étapes que sont les enquêtes publiques de la déclaration d'utilité publique (DUP) et de la demande d'autorisation de création (DAC) du futur centre de stockage.

Le 6 juin 2018 , suite à la démission de M. Guinot Delery et afin de renforcer la mission de M. Stievenard, la commission a désigné Mme Marie-Line Meaux et M. Jean-Daniel Vazelle comme garants de la concertation post-débat public.

Échanger

De l’information à l’implication, l’Andra s’efforce de déployer les outils et modalités pertinents et innovants pour répondre aux mieux aux attentes  des publics et aux besoins de la concertation.

Visites et rencontres du public

Les sites de l’Andra accueillent de 15 000 à 20 000 visiteurs par an. L’Agence intervient régulièrement lors de rencontres, débats et conférences organisées sur site et dans toute la France.

Les visites des centres

Les centres peuvent être visités par tous les publics. En Meuse/Haute-Marne : visite du laboratoire, de l’Espace technologique, de l’Ecothèque. Sur les centres de l’Andra dans la Manche, dans l’Aube et en Meuse/Haute-Marne, un espace est dédié à l’accueil du public, lieu d’exposition permanente de ses activités et ouvert à tous.

Hall du centre de Meuse/Haute-Marne
Hall d'exposition du Centre de Meuse/Haute-Marne
Laboratoire souterrain
Ecothèque
Espace technologique

Journées portes ouvertes

Chaque année, les centres de l’Aube et de Meuse/Haute-Marne ouvrent leur porte au grand public durant une journée.  Cette  journée qui   réunit   plusieurs   centaines   de  personnes  sur  chaque  site  est  l’occasion  pour  les  visiteurs d’échanger  directement  avec  les  salariés  de  l’Andra,   sur  leurs  activités et leurs métiers.

Opérations galeries portes ouvertes du Laboratoire souterrain

Des opérations « Galeries Ouvertes » permettent au grand public, ayant préalablement visité les installations de surface du Centre de Meuse/Haute-Marne, de visiter le Laboratoire souterrain où sont menées des essais scientifiques et technologiques pour la conception de Cigéo. Trois samedis dans l’année sont consacrés à ces manifestations.

Contribuer largement à la diffusion de la culture scientifique et technique

Conformément à sa mission de diffusion de la culture scientifique, l’Andra conçoit des expositions thématiques pédagogiques, organise des animations sur ses centres, contribue et participe à des actions de culture scientifique, etc., pour tous les âges.
A travers ces actions, il s’agit de mettre à disposition des habitants de ses territoires d’implantation, et de tous citoyens, des initiatives, outils et supports pour accompagner l’apprentissage des enjeux en lien avec la gestion des déchets radioactifs mais aussi les spécificités et l’histoire de ses territoires d’implantation. 

Expositions

Géologie, Archéologie, Radioactivité, Forêts, Momie… sont autant de sujets qui ont pu faire l’objet d’expositions présentées sur les centres de l’Andra et dans des lieux de diffusions de la Culture scientifique.
Par ailleurs, l’Andra est partenaire d’évènements scientifiques (ex. Les 150 ans de la naissance de Marie Curie, avec le Centre des monuments nationaux).

« Archéo, une expo à creuser » du 8 octobre 2016 au 2 juillet 2017 au Centre de Meuse/Haute Marne
Exposition "Archéo, une expo à creuser" du 8 octobre 2016 au 2 juillet 2017 au Centre de Meuse/Haute Marne
Exposition "Découvertes en forêt" du 20 mars 2014 au 30 juin 2016 au Centre de Meuse/Haute-Marne
Exposition "Découvertes en forêt" du 20 mars 2014 au 30 juin 2016 au Centre de Meuse/Haute-Marne
Exposition "Fossiles : Empreintes du temps" de mai 2010 à septembre 2013 au Centre de Meuse/Haute-Marne
Exposition "Fossiles : Empreintes du temps" de mai 2010 à septembre 2013 au Centre de Meuse/Haute-Marne
Parrainage de l'exposition "Marie Curie, une femme au Panthéon"
Parrainage de l'exposition "Marie Curie, une femme au Panthéon" dans l'enceinte du Panthéon, à Paris, du 8 novembre 2017 au 4 mars 2018

Conférences scientifiques et techniques

L’Andra organise sur ces territoires d’accueil des conférences faisant intervenir des experts scientifiques  sur de nombreux sujets : physique et astrophysiques (Roland Lehoucq, Etienne Klein), archéologie du futur, biomimétisme, statuaire, le temps, les aurores boréales…

Ecothèque

Outil de haute technologie conçu et équipé pour la préparation et la conservation, sur le long terme, des échantillons environnementaux prélevés dans le cadre de l’Observatoire pérenne de l’environnement (OPE), l’Ecothèque héberge un espace pédagogique ouvert à tous sur les activités de l’OPE.  

Impliquer l’ensemble des acteurs des territoires d’implantation de l’Andra

Opération de porte-à-porte

Pour recueillir au plus près des habitants leurs questions et interrogations sur le projet Cigéo, l’Andra a initié en juin 2016 une opération de porte-à-porte. C’est ainsi près de 2700 foyers qui ont été rencontrés par les équipes de l’Agence.  

Rencontres à domicile

Conscientes qu’il n’est pas toujours facile de se déplacer sur son centre, les équipes de l’Andra proposent aux habitants de Meuse/Haute-Marne de réunir chez eux leurs familles, leurs voisins ou leurs amis à leur domicile pour discuter ensemble du projet Cigéo. (lien / adresse pour accueillir une réunion à domicile)

Les commissions locales d’information

Pour chaque centre de l’Andra, dans l’Aube, dans la Manche et en Meuse/Haute-Marne, une commission locale d’information (Cli) (et un comité local d’information et de suivi, CLIS, pour la Meuse/Haute-Marne) a pour mission d’informer le public des activités de l’Agence, contribuant ainsi à la transparence des informations. L’Andra a établi un dialogue régulier et met à disposition ses équipes afin de former au besoin les membres des Cli et du CLIS.

 

Réunions annuelle des élus

Chaque année l’agence réunit l’ensemble des élus de ses territoires d’accueil pour leur permettre d’échanger et de faire le point sur les activités et les enjeux de l’Agence.

Consultation

Régulièrement, des sondages et des questionnaires  sont adressés aux populations locales afin de recueillir des avis sur les activités des centres, le projet Cigéo, mais aussi sur la qualité de la démarche de dialogue de l’Agence. 

Groupes Mémoire des Centres Andra

Depuis 2010, sur chaque centre de l’Andra dans la Manche, dans l’Aube et en Meuse/Haute-Marne – ont été installés les Groupes mémoire pour réfléchir à la problématique de la transmission de la mémoire des sites de stockage sur le long terme. Constitués de riverains, d’élus locaux, d’acteurs de la vie associative ainsi que d’anciens salariés de l’Andra, ces groupes portent diverses initiatives au service de la mémoire : archivage des revues de presse des centres, recueil de témoignages d’anciens salariés et acteurs locaux, participation à l’appel à projet Art et mémoire, création de bande-dessinée, etc.

Partager cette page