Aller au contenu principal

1er Rendez-vous de partage de la feuille de route de la concertation sur Cigéo

En mars 2018, l’Andra a lancé une nouvelle phase de concertation portant sur l’insertion environnementale et territoriale du projet Cigéo en Meuse/Haute-Marne. A la suite de cette rencontre, une série d’Ateliers thématiques de concertation ont été initiés (transports, eau, énergie, aménagement de l’espace et cadre de vie) pour alimenter le projet dans les étapes de conception prévues jusqu’au dépôt de la demande d’autorisation de création de Cigéo et au-delà.

Une équipe de garants renforcée : en juin 2018

Une équipe de garants renforcée : en juin 2018, suite à la démission de Pierre Guinot Deléry, la CNDP désigné Marie-Line Meaux et Jean-Daniel Vazelle comme garants de la concertation post-débat public, au côté de Jean-Michel Stiévenard.
Les garants ont pour mission la poursuite du déploiement du programme de la concertation locale lancé en mars par l’Andra afin de veiller à la bonne information et à la participation du public, et ce jusqu’aux prochaines étapes que sont l’enquête publique et la demande d’autorisation de création.
Ils doivent également aller à la rencontre de tous les acteurs concernés, avec une attention particulière pour les opposants et veiller à la cohérence et à la lisibilité de l’ensemble des dispositifs de concertation :
- Les concertations relatives aux sous-projets des autres maîtres d’ouvrage qui interviennent en lien avec le projet Cigéo : SNCF Réseau, RTE, …
- Les débats nationaux sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie et le Programme National sur la Gestion des Matières et Déchets radioactifs (PNGMDR),
- Les instances de dialogue annoncées par le gouvernement en mars dernier : centre de ressources en ligne, instance de dialogue Experts/ société civile, et commission d’expertise Internationale

Nomination de garants pour la concertation après le débat public de Cigéo

Dans la poursuite des actions de concertation qu’elle a menées depuis le débat public de 2013, l’Andra a décidé de lancer une démarche ambitieuse d’implication de la société civile et a élaboré une feuille de la concertation de Cigéo jusqu’au dépôt de la demande d’autorisation de création prévue en 2019. Elle a souhaité pour cela saisir la CNDP afin de garantir la meilleure prise en compte des préoccupations des citoyens dans la poursuite du projet. La CNDP a nommé Pierre Guinot Deléry et Jean-Michel Stiévenard, comme garants.

1er bilan de la concertation sur Cigéo après le débat public

En octobre 2017, l’Andra a remis à la Commission nationale du débat public son bilan de la concertation réalisée pour Cigéo depuis la fin du débat public de 2013. Le document présente toutes les actions de dialogue sur le terrain et en ligne créées par l’Andra autour du stockage géologique : les rencontres, débats, conférences, animations…, et il décrit les dispositifs de participation et co-construction qui ont été initiés sur différents enjeux du projet pour alimenter la poursuite de la conception de Cigéo jusqu’au dépôt de la Demande d’autorisation de création.

Loi sur la réversibilité de Cigéo et co-construction de la gouvernance de Cigéo

La loi n° 2016-1015 du 25 juillet 2016 sur la réversibilité et les modalités de création de Cigéo marque une avancée significative pour le projet. La notion de réversibilité est désormais définie comme « la capacité pour les générations successives, soit de poursuivre la construction puis l’exploitation des tranches successives d’un stockage, soit de réévaluer les choix définis antérieurement et de faire évoluer les solutions de gestion ». Elle précise également que la participation des citoyens doit être garantie tout au long de la vie du stockage géologique profond. Pour répondre à cette exigence, l’Agence a lancé une ambitieuse concertation pour définir la gouvernance future de Cigéo.

Lancement du contrat de développement du territoire

A la demande du Premier ministre, le Préfet de la Meuse, coordonnateur du projet Cigéo, a lancé en juillet 2016 les travaux d’élaboration du contrat de développement du territoire autour de Cigéo. Issue de la mobilisation d’environ 200 acteurs locaux au sein de 14 groupes de travail thématiques [mobilité et transports, cadre de vie et attractivité, développement économique, emploi et formation…), ce contrat doit permettre de préparer l’insertion de Cigéo dans une logique de développement du territoire.

Installation du Comité éthique et société de l’Andra

Le Comité éthique et société est l’une des suites données par l’Andra au débat public de 2013 consacré au projet Cigéo. Organe de démocratie environnementale rattaché au Conseil d’administration, le Comité éthique et société a pour mission de veiller et d’éclaire l’Andra quant à la bonne prise en compte des enjeux éthiques et sociaux dans la conduite de ses activités et de ses projets. Il est composé d’expertises plurielles et indépendantes qui garantissent une diversité des approches et des points de vue. Le comité s’est réuni pour la première fois en décembre 2016.

Inauguration de l’Ecothèque et de son espace d’exposition

En juin 2015, l’Andra a inauguré l’Ecothèque sur son centre en Meuse/Haute-Marne. Ce bâtiment accueille les activités de l’Observatoire pérenne de l’environnement(OPE) dont l’objectif est de conserver sur le long terme tous les échantillons environnementaux prélevés sur 250km² autour du laboratoire souterrain de l’Andra. Il dispose également d’un espace d’exposition pédagogique ouvert au public présentant les activités de l’OPE et la biodiversité présente sur le territoire.

La Solution Radiochat

L’édition 2015 du concours Regard sur les déchets radioactifs a récompensé La Solution Radiochat, Ce court-métrage aborde, sous un angle à la fois original et scientifique, la question de la mémoire et de la transmission aux générations futures des informations liées au stockage des déchets radioactifs. Sélectionné pour être projeté dans plus de dix festivals, le film est régulièrement diffusé dans les événements et débats portés par l’Andra. Il a été primé en 2016 au festival Deauville Green Awards.

Les Arpenteurs, le média des générations futures

Créé en partenariat avec Usbek & Rica  (www.usbeketrica.com), les Arpenteurs est un média encourageant la réflexion sur les enjeux scientifiques et environnementaux d’aujourd’hui au regard de leur impact sur les générations futures. Ce média aborde des sujets liés à l’éthique, la technologie, le changement climatique, l’innovation, l’urbanisme, l’exploration spatiale, mais aussi aux déchets radioactifs. Les Arpenteurs, c'est aussi des moments d’échanges avec la communauté de lecteurs. www.lesarpenteurs.fr

1ère édition de l’appel à projet Art et mémoire

L’art est l'une des pistes avancées par l’Andra pour dégager des idées réalistes ou utopiques afin de préserver la mémoire des centres de stockages de déchets radioactifs sur plusieurs générations. En avril 2015, l’Agence a lancé l'appel à projets artistiques « Imaginer la mémoire des centres de stockage de déchets radioactifs pour les générations futures » auprès d’artistes d’horizons divers.

100 000ème visiteur en Meuse/Haute-Marne

En 2014, le centre de Meuse/ Haute-Marne accueillait son 100 000ème visiteur. Au rythme de 10 000 visiteurs par an en moyenne, le centre de l’Andra reçoit non seulement des universitaires ou des industriels mais aussi du grand public, tous les week-ends, et des scolaires en semaine.

Débat public de Cigéo

En 2013, l’Andra saisit la Commission nationale du Débat public (CNDP) pour l’organisation du débat public sur le projet de stockage profond des déchets haute-activité et moyenne activité à vie longue – le projet Cigéo. A l’issue de la saisine, la CNDP décide l’installation d’une commission particulière du débat public, présidé par Claude Bernet. Les premières réunions publiques organisées sur le territoire de Meuse/Haute-Marne qui pourrait accueillir le projet échouent en raison des manifestations violentes d’opposants au projet. Pour ces raisons, la CPDP décide d’organiser des débats en ligne et une conférence de citoyens qui réunit pendant trois weekends 17 personnes dont près de la moitié de meusiens et de haut-marnais. Les résultats du débat sont riches - l’avis de la conférence de citoyens, 9 débats contradictoires en ligne, 154 cahiers d’acteurs, 500 avis et près de 1500 questions toutes répondues par l’Andra – et permettent de faire évoluer le projet en y intégrant notamment une phase industrielle pilote. Les suites données par l’Andra au débat public sont votées par le Conseil d’administration de l’Agence et rendu public En matière de dialogue, l’Andra s’y engage à renforcer sa démarche d’implication des citoyens dans la vie du projet.

Concertation sur la surveillance de l’eau

Le programme APPRIOS-Eau (« Approche pluraliste pour la recherche des priorités pour la santé et l’environnement ») a été lancé en janvier 2013 en ayant pour objectif la hiérarchisation de substances chimiques et radiologiques à surveiller prioritairement dans les milieux aquatiques de l’Observatoire Pérenne de l'Environnement (OPE). Une expertise pluraliste, réunissant des experts et des parties prenantes du territoire, a été mise en place comme appui à l’exercice de hiérarchisation. Au cours de l’année 2013, les experts et les parties prenantes ont été intégrés à chaque étape de cet exercice, aboutissant ainsi à la constitution d’une liste de plus 400 substances à hiérarchiser, (la définition de 8 critères d’évaluation et l’attribution de poids à chacun de ces critères). Parallèlement, la collecte des données nécessaires au travail technique de hiérarchisation s’est effectuée jusqu’au premier trimestre 2014. L'approche pluraliste de l'exercice, fait d'APPRIOS, un programme innovant et original qui s'intègre totalement dans la volonté de l'Andra d'adapter une démarche de transparence.

Lancement du concours « Regards sur les déchets radioactifs »

En partenariat avec l’association Science & Télévision, l’Agence a lancé en 2012 un concours s’adressant aux jeunes réalisateurs pour la réalisation d’un court-métrage à partir de la question de la gestion des déchets radioactifs. Cette année-là, le film lauréat était Pierre et le tigre, qui a reçu un Astéria d'or au 1er Deauville Green Awards, festival international qui récompense les films sur l'écologie et le développement durable.

Inauguration du nouvel espace d’information du bâtiment d’accueil du public au CSA

Ouvert à tous, cet espace permet aux visiteurs de s’informer sur différentes thématiques liées aux déchets radioactifs. Il s’inscrit dans la démarche d’information, d’explication et de dialogue mise en œuvre par l’Andra afin d’offrir à chaque citoyen les moyens de comprendre les tenants et les aboutissants éthiques, techniques et scientifiques de la gestion des déchets radioactifs.

L’Andra s’ouvre au dialogue en ligne

A partir de 2011, l’Andra dialogue sur les réseaux sociaux afin d’interagir en direct avec les internautes intéressés par la gestion des déchets radioactifs. Elle a d’abord créé été présente sur Facebook, Twitter, Dailymotion, et plus tard sur YouTube, LinkedIn, Vidéo et Flickr. Cette même année, elle lance le site Cigeo.com, dédié au projet Cigéo et l’ouvre aux commentaires. L’Agence échange avec les publics également sur l’ensemble des espaces de discussion numériques traitant de ses sujets (forums, commentaires d’articles..).

De Homer à Oppenheimer, exposition sur la radioactivité

Cette exposition a été labellisée par le Comité national de la chimie 2011, en partenariat avec l’Institut Curie, l’Institut de radioproctection et de sûreté nucléaire, (IRSN) et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ainsi que plusieurs ministères : ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et ministère de l’Éducation nationale. A travers cette exposition, l’Andra a souhaité participer à une plus large connaissance de l’histoire de la radioactivité, sensibiliser à ses différents usages et faire comprendre les problématiques de gestion des déchets radioactifs. L’exposition a poursuivi son aventure sur le web à travers une déclinaison digitale : http://www.andra.fr/laradioactivite/

Installation des groupes de réflexion sur la mémoire du stockage des déchets radioactifs

Trois groupes de travail – un pour chacun centres de l’Andra dans la Manche, dans l’Aube et en Meuse/Haute-Marne – ont été créés en 2012 pour réfléchir à la problématique de la transmission de la mémoire des sites de stockage sur le long terme. Constitués de riverains, d’élus locaux, d’acteurs de la vie associative ainsi que d’anciens salariés des centres de stockage, ces groupes poursuivent le même objectif : sauvegarder et transmettre la mémoire. Ces groupes portent diverses initiatives au service de la mémoire : archivage des revues de presse des centres, recueil de témoignages d’anciens salariés et acteurs locaux, participation à l’appel à projet Art et mémoire, création de bande-dessinée, etc.

Sortie du Journal de l’Andra

L’Agence créé le Journal de l’Andra avec une édition pour chaque site, qui vient donc remplacer Repères pour l’Aube, La vie du Labo pour le CMHM et Perspectives pour le CSM, qu’elle distribue largement aux riverains de ces centres de stockage ; l’Agence a créé une édition dédiée à chacun de ces centres (Manche, Aube et Meuse/Haute-Marne) qu’elle publie une fois par trimestre. 

En savoir plus

Concertation pour la définition de la zone d’implantation de Cigéo (Zira)

Dans le cadre des recherches menées en Meuse /Haute-Marne pour l’implantation d’un stockage géologique profond, l’Andra a mené une concertation avec les parties prenantes locales afin d’identifier les critères à prendre en compte pour implanter les installations souterraines et de surface. Cette concertation a permis de proposer une Zone d’intérêt pour la reconnaissance approfondie (Zira) qui a été validé par le gouvernement en 2010.

Lancement de la Lettre d’informations

Lancement de la Lettre d’informations autour des centres de l’Andra dans la Manche, l’Aube et la Meuse/Haute-Marne. Chaque mois, cette lettre est diffusée à près de 1600 acteurs locaux (parlementaires, maires et conseillers municipaux, membres des commissions locales d’information, etc.)

Inauguration de l’Espace technologique de l’Andra en Meuse/Haut-Marne

A Saudron, commune haute-marnaise riveraine du Laboratoire souterrain, l’Agence installe une importante halle d’exposition sur les déchets radioactifs et les démonstrateurs technologiques, c’est-à-dire les prototypes de conteneurs de stockage et des engins de manutention servant à la conception du projet Cigéo.

Constitution de Commissions locales d’information de l’Andra dans la Manche et dans l’Aube

Conformément aux exigences de la loi de 2006 sur la Transparence et la Sûreté Nucléaires, une commission locale d’information est créée sur chacun des centres de stockage de l’Andra dans la Manche et dans l’Aube, sous l’égide du département. Ces commissions pluralistes se composent d'élus, de scientifiques, de représentants des syndicats et d'associations de protection de l'environnement et assurent auprès du grand public et des riverains, la diffusion d'informations indépendantes sur les sites nucléaires dont elles ont la charge.

Andra Aube

Andra Manche

Appel national à candidature pour l’implantation d’un centre de stockage de déchets radioactifs de faible activité à vie longue

L’Andra est missionnée par l’Etat pour lancer un appel auprès des maires des communes a priori géologiquement aptes à accueillir un centre de stockage. Un dossier d’information est envoyé à 3115 communes. En octobre 2008, près de 40 communes manifestent leur intérêt auprès de l’Andra. L’Andra remet fin 2008 un dossier au gouvernement pour analyse des candidatures. Deux communes sont retenues dans le département de l’Aube, cependant, en dépit des réunions d’échange avec les populations, une forte opposition locale s’organise conduisant les deux communes candidates à retirer leur candidature.

Publications des rapports d’activités de l’Andra

Dans le cadre de la loi sur la loi de 2006 sur la Transparence et la Sûreté Nucléaires (Loi TSN), l’Andra rend accessible au public les rapports d’activités de ses centres, qu’elle publie depuis chaque année.

En savoir plus

Loi de programme relatif à la gestion durable des matières et des déchets radioactifs

Parmi les missions confiées à l’Andra définies dans la loi n°2006-739 du 28 juin 2006, l’Agence doit notamment « mettre à la disposition du public des informations relatives à la gestion des déchets radioactifs en France et de participer à la diffusion de la culture scientifique et technologique. »

En savoir plus

Loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire

La loi n° 2006-686 du 13 juin 2006, créé notamment une nouvelle instance collégiale, le Haut Comité à la Transparence pour la Sûreté Nucléaire et prévoit la mise en place d’une commission locale d’information (Cli) pour chaque installation nucléaire de base (INB).

En savoir plus

Lancement des visites du Laboratoire Souterrain en Meuse/Haute-Marne

Après la mise en service du Laboratoire souterrain autorisée en 2005, l’Agence organise des visites de son laboratoire souterrain aux différents publics intéressés.

Débat public de 2005 portant sur la gestion des déchets HA et MA-VL

Organisé par la Commission nationale du débat public, ce débat public a porté sur les options générales en matière de gestion des déchets radioactifs de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL).

1ères Journées Portes ouvertes au Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires)

Le centre industriel de regroupement, entreposage et stockage dans l’Aube, mise en service en 2003 pour gérer les déchets de faible activité ouvre ses portes aux habitants du territoire.

Décret d’autorisation de modification pour le passage du centre en phase de surveillance et arrêté autorisant les rejets.

Inauguration du bâtiment d’accueil du public de l’Andra en Meuse/Haute-Marne

L’Agence ouvre un espace dédié à l’accueil du public sur le site de construction du laboratoire souterrain. Depuis 1997, elle accueillait le public dans la commune riveraine de Montiers-sur-Saulx.

Enquêtes publiques pour le Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires)

Conformément aux dispositions réglementaires en vigueur, une première enquête publique sur le projet de centre de stockage pour les déchets de très faible activité a permis la déclaration d’utilité publique du projet en octobre 2001. En juin 2002, une 2e enquête publique est organisée relative à la demande de permis de construire et à l’autorisation d’exploitation du centre au titre de la réglementation des ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement).

Enquête publique pour le passage en phase de surveillance du Centre de l’Andra dans la Manche

Une seconde enquête publique a été lancée en 2000 et prenait en compte les conclusions de la Commission Turpin de 1996. Des réunions publiques ont été organisées sur Beaumont-Hague et Digulleville dans ce contexte.

1ère édition des Journées Portes ouvertes de l’Andra en Meuse/Haute-Marne

Cette année-là, le premier camp d’été d’opposants est organisé à Bure.

Création du Clis de Bure

Le Clis, comité local d’information et de suivi du laboratoire souterrain, est une instance collégiale créée à l’issue suite au décret d’autorisation du laboratoire souterrain. Elle est composée de plus de 90 membres : associations, élus locaux et, parlementaires, acteurs de la santé, représentants syndicaux, services de l’Etat, acteurs économiques … Le Clis est un acteur local essentiel, qui recueille de l’information auprès de l’Andra sur les activités menées dans le Laboratoire souterrain, sur le suivi des recherches et sur l’avancement de la conception de Cigéo afin de la diffuser à ses membres et aux populations concernées. + d’infos : www.clis-bure.com . Au cours de cette même année, la recherche d’un site dans une roche granitique est abandonnée, la mission de concertation n’ayant pas abouti suite au rapport d’experts scientifiques favorable à l’argile et à de fortes contestations locales autour des 15 sites identifiés.

Maison du projet dédié au Laboratoire souterrain

De 1997 à 2000, l’Agence a mis en place un espace d’information portant sur le future Laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne dans la commune de Montiers-sur-Saulx, à proximité du site d’implantation.

Enquêtes publiques pour la création d’un laboratoire souterrain sur le territoire candidats

Suite à des campagnes de recueil de données géologiques, trois demandes de création de laboratoires souterrains sont déposées, les départements de Meuse et de Haute-Marne ayant regroupé leurs candidatures. Des enquêtes publiques sont organisées en 1996 et en 1997 autour de ces sites. Fin 1998, le site de Meuse / Haute-Marne est retenu par le gouvernement pour l’implantation d’un laboratoire souterrain en couche argileuse afin d’étudier in situ la roche sélectionnée. L’option granitique n’est pas écartée : une « mission granite » est lancée pour identifier un site propice à l’accueil d’un second laboratoire.

Création de la Commission de Surveillance du Centre Manche (CSCM)

Présidée par le Préfet de la Manche, elle est composée d'élus, de scientifiques, des corps d’état constitués et d'associations de protection de l'environnement. Elle se réunit une fois par an et sa mission est de suivre le fonctionnement et le devenir du centre et d’assurer l’information des populations.

Commission TURPIN

Création par le gouvernement en février d'une commission d’experts chargée d’évaluer l’impact du centre sur l’environnement et les dispositions prévues par l’Andra afin d’assurer la surveillance du site. Présidée par Michel Turpin elle a remis son rapport en juillet et conclut que l’évaluation des quantités et des caractéristiques des déchets stockés sur le centre est satisfaisante et que le centre ne présente pas de risque sanitaire significatif pour les populations locales. Cependant, elle remet en cause la conception de la couverture du fait des pentes trop raides des talus et s’interroge sur la durabilité du bitume en tant que matériau d’étanchéité. Elle considère aussi que la sûreté du centre doit passer par une surveillance de plus en plus passive qu’il conviendra d’étudier.

Andra Infos devient Repères et Perspectives

Après 10 d’Andra Infos, l’Andra créé Repères dans l’Aube et Perspectives dans la Manche. Plus étoffé, ce journal distribué dans toutes les boîtes aux lettres des communes des cantons autour des centres de stockage de l’Aube et de la Manche, présente les actualités et activités de l’Andra.

Opération d’information des élus de Meuse/Haute-Marne

Les équipes de l’Andra vont à la rencontre de chaque conseiller général et départemental de la Meuse et de la Haute-Marne afin de les informer des activités de l’Agence en Meuse/Haute-Marne.

Enquête publique pour le passage en phase de surveillance du Centre de l’Andra dans la Manche

Conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, cette enquête publique est relative à l’autorisation de modification pour le passage du centre en phase de surveillance. La commission d’enquête rend en 1996 un avis favorable à la fermeture du centre et à son entrée en phase de surveillance.

Visites des forages en Meuse/Haute-Marne

A l’issue de la mission de médiation du député Bataille, l’Andra est autorisée à mener des études préalables à la construction du laboratoire souterrain. L’Agence accueille le public et organise des visites des opérations de forage de 1994 à 1996.

1ère édition de la Journée Portes ouvertes dans l’Aube

En 1994, le centre de stockage de l’Andra dans l’Aube ouvre ses portes au grand public afin de faire découvrir les activités qui y sont menées. Ces rendez-vous annuels mobilisent de nombreux salariés qui accueillent en moyenne de 700 à 1 000 visiteurs.

Mission de médiation conduite par le député Christian Bataille

Suite au moratoire Rocard et à la loi de 1991 le député Christian Bataille lance un appel à candidatures pour recherche des collectivités volontaires pour accueillir des études géologiques et un laboratoire souterrain. Des consultations sont organisées sur les territoires auprès des élus, des associations et des populations concernées : réunions publiques en préfecture et chefs-lieux de cantons, expositions dans les gares, ouverture d’espaces d’information, expositions « parapluies » dans les communes, visites de forages, etc.). Au terme de cette médiation, quatre sites ayant manifesté leur intérêt sont retenus sur la base de critères géologiques : trois dans une couche argileuse (dans le Gard, la Meuse et la Haute-Marne) et un dans un massif granitique (dans la Vienne).

Loi décembre 1991 dit loi « Bataille » relative à la gestion des déchets radioactifs

La loi Bataille fixe les grandes orientations de recherche à mener sur la gestion des déchets radioactifs de Haute Activité (HA) et de Moyenne activité à vie longue (MA-VL). Trois axes de recherche sont alors étudiés : la séparation/ transmutation (CEA), l’entreposage de longue durée (CEA) et le stockage en couche géologique profonde (Andra). Par cette loi, l’Andra devient une agence indépendante sous tutelle de l’Etat.

Moratoire Rocard

Face à l’ampleur de la contestation sur les territoires identifiés pour l’investigation de sites de stockage profond, le gouvernement de Michel Rocard décide un moratoire d’un an dans la recherche des sites et confie une mission au député Christian Bataille pour reprendre le dossier de façon plus concertée l’examen politique, scientifique et technique.

Importants mouvements d’oppositions dans le cadre de la recherche d’un site de stockage géologique profond

Dans le cadre des premières campagnes de prospection pour la recherche d’un site de stockage profond pour gérer les déchets les plus dangereux (HA et MA VL) dans les département des Deux-Sèvres, de l’Aisne, du Maine-et-Loire et de l’Ain, les élus, les habitants et les défenseurs de l’environnement s’opposent fortement aux investigations.

Visites et échange lors des investigations géologiques dans l’Aube

Des visites de terrains sont organisées pour les élus locaux et les journalistes sur le terrain où ont été menées des investigations géologiques et hydrogéologiques. Des nombreuses permanences sont assurées dans les mairies des communes aux alentours (une 20aine de permanences sur 3 mois).

Enquête publique pour la création du Centre de stockage de l’Aube à Soulaines-Dhuys

Conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, cette enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique a servi également d’enquête publique relative à l’autorisation de création de l’installation nucléaire de base et d’enquête propre aux installations classées situées dans le périmètres de l’INB ; d’enquête exigée par la procédure de demande de permis de construire ; d’enquête préalable à l’autorisation de défrichement. Après avis favorable de la commission d’enquête, la signature par le premier ministre, le 23 juillet 1986, du décret de Déclaration publique a permis d’engager les travaux de préparation à la construction du centre de stockage.

Journal d’information « Andra Infos »

Conformément aux directives données en juin 1984 par le secrétaire d’Etat à l’Energie, Jean Auroux, l’Andra s’est attachée dès cette période à mener une politique d’information et de concertation dans l’ensemble des sites susceptibles d’accueillir un centre de stockage de déchets radioactifs à vie courte. Des contacts constructifs auprès des habitants du canton de Soulaines ainsi qu’avec les maires des communes concernées et les élus du département. C’est dans cet esprit de dialogue que Andra Infos, le premier journal d’information de l’Andra, a été créé. Il traitait de l’avancement du projet.